Par Gilbert Mercure

 

Traduction : embauche ou sous-traitance?

Lorsque votre entreprise a déterminé que le volume de documents, de correspondances ou d’autres contenus devant être traduit est suffisamment important ou complexe pour devoir faire appel à un professionnel de la traduction, un seul choix s’offre à vous : l’embauche ou la sous-traitance.

Quels en sont les avantages et les désavantages?

Les avantages d’embaucher un professionnel de la traduction à l’interne peuvent sembler évidents : disponibilité de la ressource, formation rapide et connaissance des pratiques de l’entreprise et de la terminologie technique ou relative à la communication – ce que nos voisins anglophones appellent « the corporate voice ». La charge salariale se situe entre 40 000 $ et 50 000 $ annuellement pour un traducteur au Canada. Les années d’expérience et le domaine de spécialisation sont les seuls facteurs de variation. À cela, bien sûr, il faut ajouter les parts de l’employeur, les contributions aux différents régimes, etc.

Les désavantages de l’embauche d’un professionnel à l’interne se font sentir uniquement lorsque l’on compare les rendements des professionnels à l’interne à ceux obtenus en cabinet privé. Les professionnels à l’interne manquent rapidement de ressources technologiques qui leur permettraient d’augmenter leur efficacité et de réduire les coûts de traduction. Pour rester à l’affût des derniers logiciels et outils d’aide à la traduction, le professionnel devrait prévoir plusieurs heures de recherches et d’évaluation par semaine, ce qui réduirait son rendement. De plus, le professionnel peut difficilement traduire plus rapidement qu’à une cadence variant entre 350 et 450 mots/heure. Ainsi, lorsque l’entreprise traverse des périodes où la demande excède la capacité de production et qu’il n’est pas possible de repousser les échéanciers, elle n’a d’autre choix que de se tourner vers des ressources externes. Dans ces cas, le rôle du traducteur à l’interne change et il doit consacrer une partie de son temps à la révision du travail des pigistes ou du contenu provenant des agences afin d’assurer la conformité au lexique et pratiques de l’entreprise.

 

Les avantages de la sous-traitance

Il existe deux types de sous-traitance : l’une faisant appel à des pigistes indépendants, et l’autre faisant appel à des cabinets de traduction. Ces deux types de sous-traitance ont l’avantage de générer des coûts additionnels seulement lorsque la demande excède la capacité à l’interne.

La première option consiste à faire appel à des pigistes indépendants. Les sous-traitants à la pige peuvent être sélectionnés en fonction de leur expertise et de leurs tarifs. La plupart des pigistes utilisent des outils d’aide à la traduction qui leur permettent d’offrir des formules de tarification dégressive très avantageuses pour leurs clients. La sous-traitance à la pige est une bonne solution pour les entreprises qui doivent composer avec des demandes de traduction sporadiques qui excèdent la capacité à l’interne. Par contre, elle ne représente pas la meilleure option pour combler les besoins en traduction des entreprises qui n’ont pas de service à l’interne et qui optent pour la sous-traitance, car le pigiste a normalement plusieurs autres clients et il pourrait ne pas avoir la capacité de répondre à une augmentation soudaine de la demande.

L’autre option de sous-traitance consiste à faire appel à un cabinet de traduction.

Les cabinets de traduction sont des entreprises où l’on retrouve à l’interne des traducteurs, des réviseurs, des rédacteurs, des lexicologues et des gestionnaires de projets. Il est important de noter que certaines agences ne font que vendre les demandes de traduction à des pigistes à un prix inférieur; ces dernières ont cependant plus de difficulté à maintenir un niveau de qualité constant en raison de la disponibilité variable des ressources.

En règle générale, les cabinets de traduction disposent de nombreux outils d’aide à la traduction, tels que des mémoires de traduction en temps réel permettant la création spontanée d’équipes de travail, des outils d’uniformisation, des outils de gestion des flux de travail et des outils permettant de convertir les fichiers pour traduire pratiquement n’importe quel format de document tout en profitant des données stockées dans la mémoire de traduction. Ces outils permettent notamment d’analyser de façon précise, dès la réception d’une demande, le contenu des documents en fonction de ce que contient la mémoire, pour ainsi offrir une tarification dégressive qui représente parfois des économies importantes.

Le cabinet de traduction peut également répondre plus facilement aux augmentations soudaines de demandes étant donné que les ressources sont à l’interne et qu’elles peuvent être plus facilement dirigées vers les priorités. Certains offrent également le service de nuit, soit l’envoi de demandes et la réception de traductions après les heures d’affaires régulières.tableau

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*